Bobigny : deux blessées graves lors d’une fête privée

Deux jeunes femmes de 20 et 21 ans sont dans un état grave après une chute d’une dizaine de mètres de haut lors d’une fête privée.

Des grands verres en plastique éventrés, des bouteilles de jus de fruit pêle-mêle sur le sol, quelques cartons de bière et des sacs-poubelles jusque sur les trottoirs, c’est ce qui subsiste d’une soirée qui s’est terminée par un double drame. Ce dimanche matin, vers 10 h 30, dans un immeuble de la zone industrielle des Vignes à Bobigny, deux jeunes femmes de 20 et 21 ans ont fait une chute vertigineuse d’une dizaine de mètres. Les secours ont été prévenus aussitôt. Sept minutes plus tard, ils étaient au chevet des victimes.

La structure cède sous leur poids

Celle de 21 ans a été transférée vers l’hôpital de la Pitié Salpêtrière à Paris (XIIIe) dans un état désespéré. Le pronostic vital de la plus jeune a dans un premier temps été engagé. « Elle était encore consciente quand les pompiers sont arrivés », indique une source proche du dossier. Selon les premières constatations, « la chute serait accidentelle », complète une autre source. Une enquête en recherche de causes de blessures a été ouverte par le parquet de Bobigny. « Les deux jeunes femmes seraient montées sur le toit de l’entrepôt contigu à l’immeuble de bureaux et elles seraient passées au travers d’une partie vitrée », explique le prestataire chargé de la location. Sous leur poids, la structure vitrée aurait cédé les projetant dix mètres plus bas.

La fête avait élu domicile dans un ancien bâtiment de bureaux, situé 23, rue Saint-André. Sur les grilles qui ceinturent l’immeuble de grands calicots indiquent que les 1 500 m2 de bureaux et entrepôts sont à louer et sur la dizaine de boîtes aux lettres de l’entrée, une seule est identifiée sous le nom de Maxicool.

Le prestataire indique que la soirée avait été organisée dans les règles de l’art. « Nous avions signé un contrat avec une association caritative qui organisait un événement pour ses bénévoles. Il ne s’agit pas d’une rave-party ». C’est la troisième fois que cet intermédiaire loue ces locaux de bureaux pour le compte du propriétaire. « Nous avions contracté avec une agence de publicité, pour l’organisation d’une soirée entre trentenaires et pour la troisième mi-temps d’un match de foot. Tout s’était très bien déroulé ». Il ajoute : « Cette fois, le contrat de location avait été signé pour un événement de moins de 500 personnes. Il y avait aussi un service de sécurité. »

De source policière, on évoque un millier de participants. Si tel était le cas, « une autorisation aurait dû être sollicitée au titre des établissements recevant du public (ERP) », indique-t-on en préfecture.

 

Source : Le Parisien > http://www.leparisien.fr/seine-saint-denis-93/bobigny-deux-blessees-graves-lors-d-une-rave-party-13-05-2018-7713522.php

 

 

commentaires laissés